Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2009

«les bases biologiques du traitement de l’information par l’outil cérébral».

1) billet d'humeur

 

BILLET d’humeur

 

Mois  de Septembre 2009

                                                                                                                                                             09/1999                G.V-W   1

« Des trottoirs de Boulogne ... à la citoyenneté »

 

Je viens de terminer la lecture sympathique

Des nouvelles boulonnaises : tous ces parterres fleuris

Animent le regard, ravivent le moral,

N’y voyons que plaisir et promesse d’avenir.

 

C’est pourquoi, mois aussi, gagnée par ce désir

D’embellir notre ville, j’avais laissé pousser,

Patiemment protégé, les mufliers violets

Qui s’étaient installés au pied de mes volets.

 

Déjà l’année passée, le jeune homme courbé,

- Qui chaque matinée, va remplir son panier

Des tristes signatures, que rustres et autres mufles

Relèguent sans complexe sur les voies piétonnières, -

Les avaient arrachées les croyant ordurières.

 

Depuis, lui ayant montré, lui ayant expliqué...

Il laissa revenir mes pionnières de cité

Qui ne demandent rien, juste un petit peu d’air,

De l’eau résiduelle et beaucoup de lumière.

 

Quelques mois de sursis nous furent accordés

Mais voici qu’un grand soir, sans doute alcoolisé,

Revenant bruyamment d’une ducasse d’été

Un jeune écervelé, zélé du coup de pied

Les a tous scalpés, laissant là les corolles

Foulées et piétinées par tous ceux qui descendent

La route de Calais.

 

Vous ne me croirez pas mais j’en aurai pleuré

De rage ? Mais oui ! De « dés-espoir » !

J’ai pourtant laissé là mes fleurs décapitées,

Se dessécher à terre sur le trottoir souillé.

 

Le jeune homme au contrat de solidarité,

Sans doute par compassion, les a aussi laissées,

Espérant tout autant interpeller, peut-être,

La conscience fermée du nigaud desoeuvré.

 

Mais pourquoi dites-moi ce scalpeur de bonheur

N’a-t-il jamais compris, ou du moins ressenti,

Que le bonheur ne naît que du travail bien fait,

Mais jamais de celui qu’on détruit par dépit

Ou par manque d’estime pour sa façon de vivre ?

 

Sans doute, une enfance par trop désenchantée

N’a-t-elle su programmer que des déconvenues

Et la facilité des vils coups de pied !

Ce petit fait divers devenu plaidoyer

Pour la citoyenneté ne peut s’arrêter là,

Il faudrait continuer, il faudrait expliquer,

Pour alors éduquer. Mais, ce serait c’est vrai,

 

Un peu spécialisé....                                                                                                                          G.V.W .09/1999

                                                                                                                                             2

SUITE :

 

«  Matière ... à  Esprit  »  

 

Mois de Novembre 1999 .G.V-W                                                                                                                                                                 

 

Le  goût du risque aidant, je vous joins cependant

L’analyse des faits :

Comment donc le bonheur se peut-il advenir

De petites idées, que seule l’altérité

Ignorant lâcheté, saurait concrétiser ?

 

Parce que tout simplement, dans les cerveaux avides,

De remonter aux causes, d’imaginer les suites,

Et que cette démarche guide vers la sagesse,

Les pensées volontaires, justement éclairées,

Par cette cohérence, génèrent des messagers (1),

Dont la finalité est d’instaurer en  nous

La paix qui nous prévient, qu’avec les lois de VIE,

L’équilibre est acquis et qu’ainsi TOUT est BIEN..

 

Cet équilibre acquis : sereine plénitude,

N’a rien de comparable aux stimuli fébriles,

Trivialement recherchés par principe de plaisir (2),

De par le court  (-) circuit du cerveau reptilien (3),

Lequel est satisfait, par la seule dominance,

De tout ce qui complaît ses pulsions mécanistes,

ET qu’il est par nature, hermétique à l’ESPRIT.

 

Avec les endorphines (4) les sportifs l’ont saisi...

Elles miment, comme on le vit quant on les découvrit

« Les morphines-artifices » , ces sinistres produits

Qui leurrent les récepteurs (5) et trompent les esprits,

Des otages  décalés, blessés et abîmés

Par nôtre société, Faute de maîtriser

Leur destin de demain.

 

Certains esprits yogi que les pouvoirs du temps

Observent et considèrent avec condescendance,

Savent depuis longtemps en appeler chez eux

La matérialité... par certains, dévoyée.

.Puisqu’il faut rappeler que toute connaissance,

Lorsqu’elle est divulguée alors que les esprits

N’y sont pas préparés, génère une kyrielle

De dérivés «branchés», issus malheureusement

De la perversité, envieuse et pourfendeuse,

De toute ALTERITE.

 

Remonter à la cause, à nos mobiles d’action,

Voir les effets seconds, projeter les effets,

Assimiler d’emblée, le « jugement dernier »,

Et du « particulier » être l’adepte aussi,

 

Faciliteraient tant….. notre discernement

Du chemin d’avenir …..

 

G.V-W Boulogne sur mer novembre 1999

 

Cerveau Education Transmission Evolution

 

 

 

 

2 )Document de travail "Les bases biologiques du traitement cognitif des informations "environne-mentales"

 

 ftp://mse.univ-paris1.fr/pub/mse/cahiers2005/R05081.pdf    à Ce document de travail CNRS explique comment le cerveau Humain s'est construit et continue de s'organiser in utero puis en fonction de la structure environnementale.

Le cerveau Humain est l'outil de "connaissance et d’action" sur le monde  (selon l'expression des philosophes) le plus complexe de l'univers (connu ).

L'évolution biologique  (DARWIN) nous montre que le cerveau humain s'est construit sur un schéma ancestral mais "innovant" .

 la Psychanalyse (FREUD) nous apprend que le cerveau humain intègre toutes les expériences affectives vécues (qu'elles soient conscientes ou inconscientes ).

Les sciences cognitives  (qui n'ont que quelques années) nous apprennent que notre cerveau fait à chaque  instant du "neuf " avec de "l'ancien remanié". Ces sciences nous apprennent également que, et  contrairement à ce que beaucoup d'entre nous croient encore, notre cerveau individuel n’est programmé pour rien  (ce n'est pas un ordinateur mécaniste) si ce n'est pour s'adapter à l'environnement socio-affectif et culturel expérimenté .

Cette adaptation se fait par la création permanente  (Plasticité) de milliers de connections nerveuses nouvelles chaque seconde.

Ce document de travail CNRS explique les mécanismes biologiques et cellulaires qui ont permis toutes la mise en place et l’adaptabilité ces fonctions du cerveau (connaissance , actions et planification ).