Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2014

Changement climatique : 30 ans d'avance sur les prévisions du GIEC

Prospective démentie : nous avons 30 ans  d'avance sur le pire qui nous avait été annoncé dans les années 70 : il a fait en 2014,  44 degrés dans le GARD 

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/12/05/evelyne-dheliat-presente-la-meteo-alarmante-de-2050/

 

A l'occasion de la COP 21 ...Louange aux poumons de la terre aux forêts primaires tropicales,

Dont parle si bien  l'Ethno-botaniste  Francis Hallé...mettons en vers ... son livret " Forêts" ...

Pour parler à coeur et au coeur,  de tous les citoyens planétaires ignorants  qu'ils doivent la vie  à l'oxygène  des végétaux chlorophylliens ...et à toutes les matières organiques qu'ils mettent à disposition ...du monde animal ...dont nous Homo sapiens sommes le plus gros parasite et prédateur...

La COP espère  (du moins nous l'espérons aussi ) nous faire passer en mode RESPONSABILITE ...Humanitaire et Humaniste ...l'à venir  est en suspension .... suspendu aux décisions de ces 195 chefs d'état ....

• « Prom’ nons » dans ces bois pendant que Sapiens y’est pas,…, si Sapiens y’était, il nous détruirait »


• Longeons le cabanon de parpaings et de tôles
Dans l’odeur de fumée et de terre battue. 
Traversons le jardin et le petit verger,
Le lopin de l’indien entouré de bambous.
• L’aube n’est pas levée et les lampes frontales
Font briller la rosée et taire les rainettes
Tapies aux troncs humides.
• Sous les pas du péon, les fruits mûrs éclatés
Exhalent leurs effluves et alcools enivrants.
Entre les troncs moussus le sol est quadrillé
De racines touffues d’où montent des odeurs
D’humus, de feuilles mortes et de bois pourrissant.
• L’air est tiède et le ciel a la clarté diffuse des matins embrumés.
Tout est souple, furtif. Attente théâtrale….
Entrée de majesté dans une cathédrale
Où le timbre des bruits devient chuchotement.
• Le soleil se devine, promesse de naissance
Aux rais du jour levant, caressant les sommets
Du « ciel de Canopée » dans un calme primal
De ferveur monacale.
• Un rongeur, un varan, un timide reptile
Font crisser la litière et sursauter l’intrus
Lorsqu’un géant de bois s’effondre sous le poids
Des touffes d’épiphytes qui tapissent son fût.
• Folioles des palmiers et des Macarangas
Estompant les touffeurs de la brume oppressante.

La rumeur des crapauds, le cri- cri des grillons
Et Le chant émouvant, captivant dans la brume,
D’un gorille solitaire donnent le sentiment
D’une paix indicible… primordiale ...éternelle….
• Nulle crainte humaine, la Nature est sereine ;
Sous l’immense verrière filtrent les rayons verts.
Dans un éclair bleuté « zigue-zague » un Morpho
" Petit ludion d’azur à l’éclat métallique
Que frôlent, un colibri, un insecte vibrant, un éclair fugitif.
………………….
• Fruits rouges, oiseaux bleutés, pistils de safran
Phosphorescences mauves, jaune vif, orangées,
Font des éclats de vie dans ce monde-pénombre,
D’un jour qui s’esquive.
• S’annonce ainsi le soir et l’heure solennelle
Du silence en suspens que l’Esprit interpelle…
Seul l’impact des gouttes en trouble la mesure
Qui tel un métronome, du temps mesure la fuite.
• Quand brutal et soudain surgit le grondement
De la pluie vespérale qui vient tout assourdir,
………………Rafraîchir l’étouffante moiteur …
Se reposer l’instant….…
Et ….
Préparer la nuit à ses envoûtements,
Ses rêves de géant …


Geneviève Wagner - V -   Louange  inspirée par / Francis Hallé ,ses propres mots et sa plaidoirie passionnée et pédagogique lors de sa venue à Montauroux en décembre 2014. Nous n’étions que 3 adultes ….non « scolaires » ! ….

31/07/2014

le cerveau de tous les possibles

voir sur le net

videoma.la -concentration-a-son-plus-haut-niveau

"Une athlète de la concentration" réalise une architecture, stabilisée, en plumes, de plus de 2 m d'envergure.

Une illustration des potentialités cérébrales ..et de la plasticité des réseaux de neurones qui permet leur émergence.

 

Origine de la conscience morale non violente chez GANDHI

GVW juillet 2012   suite émission radio sur Gandhi

Education consciente

Lorsqu’il était enfant, sans nulle coercition
Gandhi pût découvrir la puissance de l’exemple
De l‘avis en douceur pour l’âme qui se forge

 « Son père l’avait convié à venir avec lui
Rechercher au garage de la ville voisine
La voiture familiale et voir ses amis.
Il leur fallait compter 20 minutes en voiture.
Mais 6 heures au pas lent du marcheur en chemin.

Gandhi alors ado, délaissant les amis
Choisit le cinéma. Ignorant la durée
De la réparation. Prétextant un retard
Il empiéta un peu sur le temps accordé.

Très déçu du mensonge et surtout dépité
D’avoir ainsi raté l’ « éducation Consciente »
Son père estima qu’il lui fallait comprendre
Où donc étaient les failles de son éducation.

Pour cela il savait qu’il lui fallait du temps.
Le Père prît le chemin, Gandhi prît la voiture
Mais il n’osa troubler le rythme du marcheur.
Et mains sur le volant «  Mît son pas dans ses pas ».

Le retour se fît donc en 6H au compteur
Au pas lent du marcheur, du pèlerin de vie.
Le pas lent du silence de l'exemplarité

Et de la non-violence
Sa voie s’était ouverte...

 

GVW juillet 2012 suite émission radio sur Gandhi