Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2009

MAMAN !... QUE FAIRE ?

 MAMAN, Que faire ?

  

Toutes les religions, toutes les traditions

S’accordent pour le dire, Pour que la vie prospère,

Il a fallu qu’un jour, jaillisse la lumière.

 

Nous avons fait le choix, d’allumer le regard

A celle de notre terre, d’un enfant nouveau-né.

Il n’a rien demandé,...si ...peut-être au contraire,

Son «esprit» a choisi CE cadre familial,

Qui deviendra alors, celui de ses défis !

 

Puisqu’il est né «sapiens» [1]1, la nature l’a doté

De tout un potentiel, qu’il faudra mettre à jour,

Et puis VALORISER, à ses yeux ! par les nôtres.

Il est né «égoïste», et dépendant de nous.

Répondre à ses besoins est notre dynamique,

Puisqu’il en va ainsi, pour sa prime survie.

 

Déjà de nos réponses, aux sollicitations

Ratées ou réussies, se configureront

En terme neurologique[2]  

quelques circuits de base ]

Qui feront référence en ré-actions primaires[4]

Et puis émotionnelles.

Surtout n’y voyons pas ici fatalité !

La vie ne fait déjà qu’à peine commencer :

Par sa plasticité, au monde qui l’entoure

Chaque jour le petit d’Homme, sur l’ancien fait du neuf.

 

Son « jeu » est distribué, à lui de décider,

La partie à jouer !   Cependant,

                          

Nous sommes, c’est certain, privilège de mère :

Angoisse existentielle, partagée désormais par les pères,

le passeur de relais, le passeur de repères.

D’étapes en étapes, d’erreurs en bouts d’essais,

Il va prendre conscience, que sa mère n’est pas 

Elément de lui-même, et qu’il existe un monde

Qui lui est extérieur, lequel lui résiste :

Première découverte, premier défi de vie !

     (les « Psy » appellent cela «Prise de Réalité»)[6].

 

De défiances en confiances, selon ses expériences,

L’empreinte neurologique aura assimilé

Ce monde qui l’entoure, ce monde psychologique,

Qui grave ses acquis, instruit son à-venir .

Et c’est justement là, qu’il va apprivoiser

Un merveilleux outil, qui lui permet d’agir

A distance sur son monde : ce sera le langage.

 

Le voici donc qui parle, il pose des questions

Il attend des réponses : écoutons- le parler !

Il cherche la « vrai-rité », ce joli mot d’enfant

Fait généralité pour qui prête attention 

 - Il est d’une logique à faire pâlir d’envi

 nos plus grands prix Nobel : seuls manquent dans sa tête

les « nutriments», variés, illimités : facteurs déclencheurs et organisateurs pour ses centres nerveux (note : 3).

                      

Son instinct l’a doté de cet élan de vie 

Que les philosophies nomment «force-de-vie»

D’abord de survie, cet élan deviendra,

Si croissance il y a, en terme d’humanité,

Actions finalisées, conscientes, délibérées.

 

Pour lui, grandir veut dire, constamment rechercher

Tester et vérifier[7]  ces principes de vie.

Ce ne sont pas des dogmes, mais, très concrètement,

Des réponses  « adaptées », aux sollicitations de l’environnement.

Cet héritage lointain, devenu chez SAPIENS

«Conscience de la vie» .

 

On n’apprend pas tout seul, il faut pour se connaître

Le regard de la mère, et puis celui des autres,

Tous ces alter ego, par lesquels seulement

Je vais naître à moi-même.

 

Ce moi-même qui se cherche, il est à découvrir

C’est un autre défi qu’il me faut relever

En navigant à vue à travers la mouvance

Des repères à trouver puis à positionner.

 

Là est le paradoxe, parmi les innombrables !

Qui se posent à l’« Ado ». Dans l’angoisse des choix,

Si j’ai besoin des autres : je dois m’en affranchir,

Oser la différence : refuser l’uniforme-de-la-conformité-qui-me-fait-accepter ![8]

Et n’écouter que moi, le Silence du Moi

Qui seul me parlera...en...authenticité !

 

L’expérience aboutie, est la seule qui construise[9]

D’essais en réussites, en échecs maîtrisés,

L’estime de soi-même. Elle doit se mériter

Ou plutôt se construire. Elle n’est jamais un dû.

Cet acquis  « intérieur  », frayeur de l’imposteur,

Est la seule condition, qui fera naître en lui

L’espérance en la vie.

L’espoir de devenir acteur de l’à-venir[10]...

Duquel « émergera…peut-être…,

Le Dieu-Humanité..(12).

C’est là, la foi mythique, qui montagnes déplace.

 

 

 

 

Et, lorsque viendra l’heure de l’ultime clairvoyance,

Elle sera sans surprise, elle sera sans regrets.

J’ai vu clair en moi-même,

Je n’ai pas refusé de saisir puis d’ancrer

La pierre qu’il me fallait, pour moi-même

Et les autres, fixer en harmonie,

Dans l’édifice commun de notre Humanité, Maintenant tout est bien.

 

G.V-W boulogne-sur-ler 1999 (pour l'UFCS Débat, l'éducation )

 

 



[1] Homo sapiens sapiens :

Espèce actuelle de la lignée humaine douée de sagesse (sapiens) ou du moins d’une intelligence abstraite, conceptuelle et consciente.

 

[2] Les neurones :

En terme de configuration mentale, le neurone est la cellule nerveuse, unité de structure et de fonctionnement du système nerveux.

Chaque neurone communique avec ses voisins, par une zone de contact appelée synapse.

Notre cerveau est constitué de 100 milliards de neurones; chaque neurone communique avec en moyenne 5000 à 10.000 autres neurones. Chez l’enfant, 30 millions de synapses s’établissent, se renforcent ou s’affaiblissent, chaque seconde.

Le tout s’organise en une super structure complexe, douée d’auto-organisation (Théorie des Systèmes ).

[3] Circuits de base :

Le système nerveux est organisé en réseaux, plus ou moins complexes. Un réflexe simple peut, ne faire intervenir que 2 neurones : l’un sensitif qui apporte une information provenant de l’environnement -interne ou externe- l’autre neurone dit moteur, car il véhicule -en réponse- l’ordre d’action vers un muscle, une glande ou un autre réseau de neurones. NOTE 6

Centre nerveux = centre de traitement des informations issues de notre environnement. Ces centres sont constitués par la «substance grise», c’est à dire par le regroupement de «corps cellulaires» de neurones, les «fibres» des neurones constituant la «substance blanche» qui elle, conduit les informations, mais ne les traite pas.

 

[4] NOTE  4 

Réactions primaires :

Par référence à la mise en place d’un système nerveux de plus en plus complexe dans la lignée des vertébrés :

·                Le cerveau le plus ancien dit cerveau reptilien, gère les besoins primaires, faim, soif, reproduction nécessaires à la survie de l’espèce. Celui-ci s’est mis en place vers les moins 200 millions d’années.

·                Le cerveau apparu secondairement, vers les moins 10 millions d’années (? ) est le cerveau émotionnel, il permet la perception des «mal-aise» et des «mal-être». C’est le sas entre perception et compréhension, il sous-tend la mémoire et tous les ancrages référents.

·                Le deuxième cerveau alerte le troisième cerveau -le néo-cortex - qui lui est susceptible d’analyser pour agir, c’est aussi celui qui apprend au moyen de l’environnement présenté.

Ce néocortex donne la liberté de choisir, il est le siège de la parole, de la pensée, etc. Son âge probable d’émergence serait moins 3 millions d’années ( protolangage – 2 millions ?, langage articulé : -100 000ans, spiritualité attestée par la paléoanthropologie : - 30 000ans [ S. Mithen préhistory of the mind 1999] ).

 

[5] Voir notes 3

[6] Principe de Réalité

·                Par confrontation à la réalité expérimentée, l’individu va ajuster son comportement, de telle sorte qu’il soit satisfait, ou le moins frustré, ou le moins blessé. (Satisfaction du «principe de plaisir» Freud / et du « besoin de sens » ADLER. JUNG.

 

·                Darwin / THEORIE DE L’EVOLUTION / En terme d’évolution, la pression de l’environnement va sélectionner dans la contrainte génétique innée, les individus adaptés à la survie dans cet environnement.

 

·                Edelman / THEORIE de la  SELECTION de GROUPES de NEURONES (TSGN).

Dans la T.S.G.N,  Edelman avance que les connections se trouvent sélectionnées, initiées, renforcées, affaiblies, etc., selon la fréquence, la cohérence ou la pertinence (périodes critiques,  ou  incohérences avec les systèmes-référents déjà engrammés-formatés- ) des sollicitations issues de l’environnement (environnement pris au sens large ).

 

[7] La recherche de la vérité, soit en terme de survie biologique, la cohérence avec la réalité vécue, est  sans doute une « compétence » acquise au cours de l’évolution…et, désormais innée ( cf : au même titre que la compétence pour une grammaire , CHOMSKY)

 

[8] Travaux de Konrad  LORENZ sur l’ « l’empreinte  » chez les oiseaux ( Prix Nobel d’Ethologie) = Le premier être vivant rencontré à la naissance (en général la mère) sera la référence neuronale «  innée » en terme de survie biologique. Processus homologue concernant l’image référente du père (=mère), puis des pairs chez le jeune ( FREUD psychanalyse). L’histoire évolutive du développement cérébral permet de comprendre cela ;

 

 

[9] L’éducation et l’analyse critique de ces références et automatismes innés permettent de  découpler, ( en terme neuronal toujours)chez le primate Sapiens (*)  comportements conscients ou mimétiques ( formalisme social). C’est donc , dans un 2ème temps (l’acquis) la variété de l’environnement affectif, psychologique et social qui fera « émerger » l’originalité et le caractère unique de chacun .  

 

[10]  (*) Le Primate Sapiens que nous sommes est la seule espèce de Chimpanzé qui vient au monde avec un cerveau  immature ( néo-cortex), ce qui fut sa malchance en terme de survie par « réflexes », mais sa chance en terme d’innovation, de création et d’originalité, c’est à dire en terme d’évolution ou plutôt de progression évolutive ( Aujourd’hui c’est l’homme qui pilote à vue ( ? ) la planète et du même coup sa propre destinée. 

 

 

10:15 Publié dans EDUCATION | Lien permanent | Commentaires (0)